Le Zazouilli - Chroniques diverses

Le Zazouilli - Chroniques diverses

Le Zazouilli - Qu'est ce que c'est que ça?

Ce blog est notre espace littérature et cinématographie à Gb et moi. Chronique de livres, infos sur nos lectures et autres articles sur les livres, mangas, BDs, séries, films en général.

[LC] Saga: Les orphelins Baudelaire T. 5 à 7

Chroniques LivresquesPosted by Zazou8888 Mon, May 28, 2012 13:57:29
Voici la deuxième session de la Lecture Commune - Saga des Orphelins Baudelaire tomes 5 à 7.
La chronique des tomes 1 à 4 est ICI.
Deuxième échéance pour les 3 tomes suivants : 28 mai 2012
Tome 5 : Piège au Collège
Les orphelins Baudelaire sont envoyés en pension dans un collège afin de parfaire leur éducation.
Hélas ! Les voilà placés sous la responsabilité d'un proviseur tyrannique qui multiplie vexations et mauvais traitements. Prisonniers d'un système éducatif archaïque et rigide et persécutés par leur camarades, les jeunes héros rivalisent d'ingéniosité et d'imagination pour échapper à leur triste sort.
Avec l'aide des deux triplés Beauxdraps, ils affrontent leur misérable quotidien avec courage et détermination. Parviendront-ils cependant à échapper à l'emprise de l'inquiétant professeur d'éducation physique qui les soumet à un entraînement quotidien épuisant? Quel but poursuit donc le professeur Gengis ? Et quelles est donc cette découvertes que les deux triplés Beauxdraps ont faite au sujet de V.D.C.?


Mon avis :
Après les 4 premiers tomes racontant les horreurs et les déboires que doivent traverser les trois orphelins Baudelaire pour avancer dans la vie, on pourrait croire que lire trois autres livres relatant des catastrophes et des malheurs toujours renouvelés pourrait être lassant... Et bien on se tromperait!

Dans ces trois nouveaux tomes, viennent se greffer toujours plus de surprises, toujours plus de situations inédites et de déguisements étranges et surprenant de la part d'Olaf.

Dans les nouveaux personnages qui sont très intéressant, nous découvrons les jeunes triplés Beaudraps. Isadora et Duncan. Pourquoi triplés alors qu'ils ne sont que deux? C'est parce que ces deux pauvres orphelins ont perdu leur frère Pépita dans un incendie qui tua aussi leurs parents. Fort de ce passé noir en commun, les 5 enfants développent une amitié sans faille face à l'adversité.
Ces deux jeunes personnages sont assez adorables : Duncan est un journaliste dans l'âme et Isadora une poétesse. Tout deux s'entichent des ainés Baudelaire mais comme nous sommes dans un roman pour enfants, on n'en parlera guère... Mais en tant qu'adulte, on peut sentir qu'il y a anguille sous roche...

Dans ce cinquième tome, il est assez frustrant de suivre, comme les 5 enfants les manigances d'Olaf sans pour autant pouvoir identifier le plan qu'il met en place. Ce n'est qu'à la fin du livre qu'on y voit clair. Et malheureusement, c'est bien trop tard.
Mais cette fois, ce n'est pas la vie de nos trois Orphelins qui est en jeu... Mais plutôt celles de leurs nouveaux amis. Ce qui ajoute à la fin une certaine pression qui n'avait encore jamais été présente par le passé.

Une chose intéressante dans ce 5ème livre c'est qu'on en apprend de plus en plus sur l'auteur et cette "Béatrice" à qui sont dédiés chacun de ses livres. Les allusions sont entourées de mystères ce qui pique ma curiosité.

L'inquiétude pour nos deux nouveaux personnages renforce l'envie de lire la suite même si comme l'annonce l'auteur, on ne les reverra plus.

Tome 6 : Ascenseur pour la peur
Suite à leur exclusion du collège où Monsieur Poe les avait "casés", Violette, Klaus et Prunille se retrouvent chez de nouveaux tuteurs : Jérôme d'Eschemizerre, tuteur attentionné, prêt à sacrifier certains plaisirs pour ces enfants et Esmé Gigi Genivieve d'Eschemizerre Squalor, 6e conseillère financier et grande victime de la mode. Esmé est assez excentrique. Les d'Eschemizerre ne pouvaient pas adopter les orphelins avant, car les orphelins étaient out, ce qui veut dire démodés.
Il est vrai qu'il peut paraître totalement surréaliste de préférer une mode à de pauvres orphelins ayant besoin de tuteurs et d'un toit. Le problème, c'est que pour Esmé, enfreindre une mode, c'est comme enfreindre un règlement et elle doit obligatoirement y répondre. Heureusement, la mode est complètement égale à Jérôme, qui laisse quand même Esmé tout faire, de peur de la froisser. Donc, la mode des anti-orphelins étant passée, Esmé et son conjoint acceptent de les prendre sous leur tutelle. Peu de temps après l'arrivée des 3 orphelins, ils font la connaissance d'un commissaire-priseur qui ne fait que des enchères sur des articles à la mode, qui débarque chez les d'Eschemizerre. Les jeunes Baudelaire n'ont besoin que d'un léger coup d'œil pour voir que ce commissaire-priseur n'était qu'Olaf sous un nouveau déguisement, une fois de plus. Mais évidemment, leurs tuteurs ne croient pas un mot de leurs dires.
Le soir même du retour d'Olaf, après un dîner au restaurant avec Jérôme pendant qu'Esmé a une réunion avec Olaf, Violette, Klaus et Prunille observent la présence de deux portes d'ascenseur sur leur palier, alors qu'il n'y en a qu'une sur les autres paliers. De plus, les ascenseurs sont out donc plus à la mode, ce qui fait qu'ils doivent toujours monter à pied les 66 étages pour arriver à l'appartement. N'y a-t-il pas une autre raison que la mode ? Les Baudelaire décident de partir en exploration, et découvrent tout en bas, enfermés dans une cage, les deux triplés Beauxdraps, leurs amis du collège, qui leur révèlent qu'Olaf trame encore un noir plan.


Mon avis :

Dans le 6ème tome, on en apprend un peu plus sur les parents des orphelins. En effet, ils sont mis en tutelle chez des amis de leurs parents! Jérôme leur raconte des anecdotes sur leur mère ce qui est assez appréciable.
Esmé quant à elle nous informe un peu plus sur Béatrice... Mais ce qu'elle donne comme information renforce le mystère autour de ce personnage.

Dans cette histoire, Esmé est la personnification de l'égoïsme et du matérialisme. Elle ne vit que pour s'enrichir et suivre une mode arbitraire. Cette caricature de la mode m'a d'ailleurs bien faite rire car honnêtement elle n'est pas SI lointaine de la vérité.
Jérôme quant à lui est la personnification de la faiblesse de caractère et des compromis à outrance. Comme tante Agripinne, il est trop peureux et faible pour faire un tuteur correcte même s'il avait pour lui d'être quelqu'un de gentil et d'attentionné.

Dans ce 6ème tome, c'est surtout l'absence du compte Olaf qui se fait la plus menaçante surtout quand on sait qu'il détient les deux triplés Beauxdraps. C'est d'ailleurs avec un grand plaisir et un léger soulagement qu'on les retrouve malgré ce qu'avait annoncé l'auteur.
C'est par contre dommage que cette fois les orphelins soient tombés dans le panneau d'Olaf et n'aient pu que sauver leurs vies qui n'ont en fait pas été fort en danger dans cette aventure.

Mais que de mystères à nouveaux remués et découverts dans cette aventure. Que d'interrogations à la fin de ce tome!
J'ai aussi adoré l'heure de gloire de Prunille dans l'ascenseur et aussi à la salle des ventes. Elle en a du courage la petite. Y a pas à dire! Je l'adore!

Je ne résisterai pas à l'appel du tome suivant.

Tome 7 : L'arbre aux corbeaux
Monsieur Poe ne trouve plus de tuteurs pour les jeunes Baudelaire... Mais il y a encore un espoir; une nouvelle formule s'offre à certaines villes ou villages : "Il faut tout un village pour élever un enfant". Les orphelins ont la possibilité de choisir un village. Un de la liste les intrigue, il porte le nom de V.D.C., lettres mystérieuses. Les enfants se rendent dans ce village qui n'est autre que la Villeneuve-des-Corbeaux. Là-bas, la ville est réglementée par des millions de lois sans logique.

Hector, "l'homme à tout faire" du village, est chargé d'héberger les orphelins chez lui, faute de volontaires. Violette l'aide à réparer une "maison volante" (projet d'Hector qui veut les aider à s'évader pour retrouver leur amis les orphelins Beauxdraps). Mais, un jour, un homme nommé Jacques Snicket dit avoir des informations sur les parents des orphelins. Jacques (qui porte un tatouage sur la cheville gauche, le même que le comte Olaf, et a les sourcils soudés en un seul) est arrêté à la place de ce dernier, recherché par la police par de nombreux crimes. Le lendemain, Jacques est assassiné en prison. Le détective Dupin (qui est en fait le comte Olaf) arrête les enfants avec des preuves inventées de toutes pièces. Une fois en prison, Hector donne aux orphelins un des fameux poèmes d'Isadora leur révélant où ils sont enfermés.

Les Baudelaire arriveront-ils à sauver leurs amis et encore pire à sauver leurs jeunes vies? Hector saura-t-ils les emmener loin de V.D.C. en sécurité dans sa maison volante?


Mon avis :

C'est encore avec plaisir et soulagement qu'on retrouve encore une fois les deux triplés Beauxdraps dans cette aventure et cette fois pour le meilleur ou presque.
Dans cette aventure, on découvre encore une nouvelle facette négative de l'âge adulte : le fait d'être borné. En effet, la communauté de V.D.C. est tellement bornée qu'elle a carrément fait une liste de règles longue comme un dictionnaire de règles à respecter qui se contredisent d'ailleurs parfois.

C'est donc avec une certaine appréhension qu'on retrouve les orphelins Baudelaire dans ce village d'anciens à l'esprit étriqué. Fort heureusement on découvre un nouveau personnage positif : Hector. Autant il n'est pas officiellement le tuteurs des enfants, autant il est ce qui pourrait y ressembler le plus. En les accueillant chez lui, il va leur redonner un semblant de chez eux et une certaine structure chaleureuse.
Au milieu de sa bibliothèque secrète, de son atelier secret et des racines du grands Arbre aux corbeaux, les Orphelins vont regouter pendant quelques temps au bonheur. Et ce bonheur, quoi que de courte durée, fait plaisir à voir et on se dit que Hector gagne grandement à être connu lui et sa cuisine mexicaine. Même si sa timidité et sa peur des anciens leur causera quelques ennuis.

Cette fois, l'auteur ne nous parle pas beaucoup de Béatrice et pourtant un intervenant dans l'histoire nous pointe Mr. Snicket du doigt... Le mystère s’épaissit.

Bien entendu, on retrouve le compte Olaf et cette fois, en plus d'être grotesque, son déguisement est carrément ironique car il revient sous les traits d'un inspecteur de Police! Quelle blague! Mais quel bon stratagème aussi quand on veut faire porter le chapeau d'un de ses crimes aux Orphelins Baudelaire.

Malheureusement, comme on le sait rien ne finit bien dans cette histoire et cette fois, les Orphelins Baudelaire ne pourront compter que sur eux-même pour leurs prochaines aventures.
Cet état de fait donne encore plus envie de savoir ce qui va leurs arriver!

J'ai particulièrement apprécié la place laissée aux énigmes, aux inventions et à la lecture dans ce tome. Cela donnait une autre atmosphère à la quête de Violette, Prunille et Klaus.

En tout cas, les mystères entourant V.D.C., Jacques, le sous-terrain menant aux ruines Baudelaire et le tatouage en forme d’œil s'épaississent sans arrêt.

Depuis quelques tomes, je ne fais plus du tout attention aux mots de vocabulaire expliqués ni aux traductions de Prunille. Cela ne me dérange plus du tout. Par contre j'ai bien remarqué que Prunille commence à parler avec des mots se rapprochant du français. Hourra!

Étrangement, il semblerait que les trois tomes lus forment à eux seuls une sorte de saga dans la saga... Et cette mini-saga prend fin avec le 7ème tome. Ce qui veut dire que sans le savoir, j'ai fait un découpage vraiment pas bête. :)

Vivement la suite.
Participation au challenge : Littérature jeunesse/Young Adult (=> 20/09/12) par nodreytiti

  • Comments(0)//zazou8888.randaxhe.biz/#post61