Le Zazouilli - Chroniques diverses

Le Zazouilli - Chroniques diverses

Le Zazouilli - Qu'est ce que c'est que ça?

Ce blog est notre espace littérature et cinématographie à Gb et moi. Chronique de livres, infos sur nos lectures et autres articles sur les livres, mangas, BDs, séries, films en général.

[LC] Saga: Les orphelins Baudelaire T. 8 à 9

Chroniques LivresquesPosted by Zazou8888 Wed, June 27, 2012 19:52:09
Voici la deuxième session de la Lecture Commune - Saga des Orphelins Baudelaire tomes 5 à 7.
La chronique des tomes 1 à 4 est ICI.
La chronique des tomes 5 à 7 est ICI.
Troisième échéance pour les 2 tomes suivants : 25 juin 2012
Et oui, je suis à la bourre!!
Tome 8 : Panique à la clinique
Les Orphelins Baudelaires ont fui le village de V.D.C., ayant acquis malgré eux une réputation de criminels. Ils trouvent refuge dans l'épicerie de la Dernière Chance et réussissent à envoyer un télégramme à Mr. Poe, télégramme qui reste sans réponse. Lorsque l'épicier découvre qu'ils sont recherchés pour meurtre, les trois orphelins n'ont d'autre choix que de monter dans le camion des Volontaires pour Dérider les Convalescents, qui se révèlent n'avoir aucun rapport avec la mystérieuse organisation découverte par les Beauxdraps.

Ils arrivent finalement à la clinique Heimlich, qui a la particularité de n'avoir été construite qu'à moitié. Là, ils sont engagés pour travailler dans les archives de la clinique avec un vieil homme, Hal, dont la vue est très basse. Celui-ci leur dit avoir entendu parler d'eux dans un dossier concernant les "incendies Snicket". Les orphelins continuent à travailler dans les archives, espérant mettre la main sur le dossier en question, et passent la nuit dans l'aile inachevée de la clinique.

Cependant, ils entendent un matin la voix du comte Olaf, qui se fait passer pour Mattathias, le nouveau D.R.H. de la clinique, qui se propose d'inspecter tous les services de l'établissement. Les orphelins doivent donc passer à l'action et restent aux archives pendant la nuit pour récupérer le dossier. Ils n'en trouvent que la page 13, qui leur apprend cependant une grande nouvelle. Ils sont à ce moment surpris par Esmé qui les poursuit à travers les archives, renversant les étagères. Seuls Klaus et Prunille parviennent à s'enfuir par un étroit conduit, leur sœur restant aux prises avec la fiancée du comte Olaf.

Le lendemain, les deux cadets se mettent à la recherche de Violette lorsqu'ils apprennent qu'une "cervicalectomie" va être pratiquée pour la première fois par les docteurs E. T. MacFool et E. Flocamot. Comment nos deux jeunes héros vont pouvoir sauver leur sœur ainée et comment vont-ils pouvoir se sauver de cet établissement?


Mon avis :
Pour la première fois, nos jeunes amis se retrouvent sans repères et sans foyer. Les voilà livrés à eux-même.
Non pas que cela change grand chose quand à leur situation, mais ce fait doit être souligné pour le principe.

Dans cette aventure, à part emmagasiner des "soi-disant" crimes à leur actif, les trois enfants Baudelaire n'ont pas beaucoup avancé dans leurs quêtes.
En effet, encore choux blanc pour découvrir ce qu'est V.D.C., toujours pas moyen de rejoindre Isadora et Duncan, pas d'information sur le passage secret sous la maison Baudelaire,...
Par contre, ils apprennent dans les archives de la clinique une nouvelle qui, prise au conditionnel car peu complète, pourrait s'avérer bonne si elle se vérifiait. Voir même excellente. Mais pour l'heure, les enfants doivent échapper à Olaf et sa bande ainsi qu'éviter la prison.

Dans cette histoire en demi-teinte, nos trois héros ne nous apprennent pas grand chose. Par contre, l'auteur est prolixe quand aux détails sur Béatrice et Jacques Snicket... On en apprend d'ailleurs plus sur l'auteur ce qui apporte de l'eau au moulin de la réflexion sur le fin mot de cette saga.

Dans ce tome, chacun a eu son heure de gloire gloire et pourtant on sent bien la prépondérance de Prunille qui sauve encore souvent la mise de ses ainés.

Tome 9 : La fête féroce
Nos trois amis sortant du coffre de la limousine du comte Olaf se retrouvent dans l'arrière-pays dans une sorte de parc d'attractions tenu par une amie d'Olaf, Mademoiselle Lulu.
Celle-ci est la diseuse de bonne aventure qui avait aidé Olaf à retrouver les orphelins dans les tomes précédents. Elle est la propriétaire du parc et emploie des "monstres" pour l'un de ses spectacles.

Prunille, Klaus et Violette décident donc de se déguiser en montre pour être engagés par Lulu et pouvoir enquêter sur tous les mystères qui les entourent et garder Olaf à l’œil durant son séjour au parc.

Ayant découvert le secret de divination de Mademoiselle Lulu et s'en être fait une alliée conditionnelle, ils décident de partir tous ensemble pour les Monts Mainmorte où se trouve l'un des derniers QG V.D.C.

Malheureusement, c'était sans compter sur les idées tordues d'Olaf : il convainc Lulu que ses spectacles feraient plus d'entrées s'ils faisaient dévorer les monstres par des lions. Aussitôt pensé, aussitôt fait, le voilà rapportant des lions affamés et les installant dans une fosse pour le "repas" du lendemain.
Voilà les orphelins dans une posture bien complexe : ils doivent s'enfuir au plus vite mais tout dépend de la collaboration de Mademoiselle Lulu. Pourront-ils lui faire confiance?

Mon avis :
Nos petits camarades commencent à adopter certains comportements d'Olaf pour lui échapper et cela fonctionne. Malheureusement, ils ont encore toujours trop confiance en l'être humain et ne parviennent pas à se méfier suffisamment des gens qui les entourent, qu'ils soient des "monstres" ou non.

Toute cette aventure va nous donner quelques indices quant à la collections de mystères entourant les enfants Baudelaire mais bien peu de réponses.
On en apprend plus sur les membres V.D.C. mais on ne sait toujours pas si c'est une association de volontaires, un organisme secret ou autre chose. On ne sait toujours pas où se trouve le dossier Snicket et on ignore encore toujours tout du souterrain sous la demeure Baudelaire...
On pourrait même dire que les mystères s'épaississent.

Ce tome met en exergue la stigmatisation des différences en mettant en scène les monstres et la réaction des "spectateurs" de la Galerie des monstres.
et cette stigmatisation est d'autant plus idiote qu'elle est appliquée à des personnes presque normales ou en tout cas pas monstrueuses: un bossu, une contorsionniste et un ambidextre. En fait, de la roulotte des monstres, les habitants les plus monstrueux sont les orphelins Baudelaire déguisés en monstres.

J'ai de nouveau retrouvé un peu d'exaspération quand M. Snicket passe encore son temps à nous déconseiller de poursuivre la lecture... Et ce, toujours aux moments cruciaux, comme si j'avais envie d'attendre pour lire la suite! Quelle idée!?
Car en plus, cette aventure est prenante, pour la première fois, Olaf ne sait pas que les orphelins sont tout proches et se laisse berner tout le tome par les déguisements de nos trois amis. Ça change!

Un point intéressant soulevé dans ce tome est la nécessité d'adopter des comportements de criminel ou en tout cas des comportements Olafiens pour pouvoir échapper au comte. Ce fait permet aux enfants de rester libres de leurs mouvements et de surveiller Olaf sans risque mais cela ne les mets pas à leur aise et ils finissent pas se demander à quel moment ils vont franchir la ligne qui les sépare du droit chemin.

Participation au challenge : Littérature jeunesse/Young Adult (=> 20/09/12) par nodreytiti

  • Comments(0)//zazou8888.randaxhe.biz/#post65